Un logiciel en chinois pour les interactions logiques

Qu’est-ce qu’une « interaction logique » ?


Les interactions logiques A+B et A&B

Sur la figure de gauche, l’altitude augmente lorsque A augmente, lorsque B augmente, et, encore plus, si A et B augmentent : l’altitude est fonction de « A+B ».

Sur la figure de droite, l’altitude n’augmente que si A et B augmentent simultanément : l’altitude est fonction de l’interaction logique « A et B » notée « A&B ».

Dans la vie courante, l’interaction logique « et » de deux facteurs quelconques est sans doute encore plus fréquente que leur effet additif. Par exemple, pour ouvrir une porte, il faut, à la fois, posséder la bonne clé et l’introduire dans la bonne serrure. Telle réaction chimique ne se produit que si deux constituants sont présent simultanément, etc.

Les interactions logiques AouB  et Aou-excluifB

Voici deux autres interactions logiques : « A ou B », notée « A^B » et « A ou exclusif B », notée « A*B » :

Une « interaction logique » est une fonction de deux variables qualitatives ou quantitatives : f(A,B) qui est, elle-même, une « variable » avec un sens « logique », donc un sens physique très fort. Elle peut apparaître dans les schémas d'analyse de données ou dans les modèles du logiciel CORICO.


D’autres « interactions logiques » ...

D’autres « interactions logiques »

Plusieurs graphes d'interactions logiques
  • A]B : « A si B » : l’altitude corrèle avec A si B est fort
  • A]-B : « A si non B » : l’altitude corrèle avec A si B est faible
  • A}B : : « A si B moyen » : l’altitude corrèle avec A si B est moyen
  • A{B : : « A moyen si B » : l’altitude corrèle avec A moyen si B est fort
  • A{-B : : « A moyen si non B » : l’altitude corrèle avec A moyen si B est faible
  • A’B : « ni A ni B ne sont extrêmes » = « A et B moyens »
  • A#B : « A comme B » : l’altitude est forte lorsque A est comme B
  • A#-B : « A comme non B » : l’altitude est forte lorsque A est comme non B

Application ...

Application

Combinaisons d'interactions logiques

Plusieurs surfaces simples peuvent se combiner, dans les modèles de régression multiple de CORICO, pour se conformer à des surfaces plus « chahutées » :

L’introduction des « interactions logiques », gage de précision et de fidélité au réel, est une extension considérable du domaine d’analyse du plan d'expériences et des modèles de régression multiple.

Notons que « A*B » = - A.B, où A et B sont des variables « centrées-réduites »

L’intérêt d’utiliser l’interaction A*B, plutôt que A.B, est qu’elle présente un sens logique (« ou exclusif ») immédiatement compréhensible lorsqu’il apparaît, par exemple, dans un modèle de régression. Il en est de même des autres interactions logiques citées plus haut.

Vous pouvez donc troquer le modèle stéréotypé, de type polynomial, contre un modèle « expérimental » non postulé, dont les termes sont choisis automatiquement parmi des milliers de possibilités, y compris d'autres fonctions non linéaires, telles que ruptures de tendances, effets de seuil, phénomènes cycliques, points atypiques ...

Se conformer aux données, sans postuler le résultat, réduit les risques d’erreur.


Vous êtes enseignant : contactez-nous pour connaître les conditions spéciales qui vous permettront d'équiper votre classe, votre laboratoire, votre école ou votre université.

Devis gratuit - Plans d'expériences économiques

Didacticiel logiciel corico

Formation logiciel corico

Demo logiciel corico

Economisez des années en Recherche et Développement : INDUSTRIE - RECHERCHE - QUALITÉ - ÉPIDÉMIOLOGIE - ENQUÊTES - ECONOMETRIE ...